un blog pour…

E. Hopper, Second story sunlight, 1960, Whitney museum of american art, New York
E. Hopper, Second story sunlight, 1960, Whitney museum of american art, New York

Sur une île déserte, quels livres emporteriez-vous ? La question m’angoisse. Peur de sacrifier. Quels livres émergent incontestablement ? Que veut dire cet incontestablement ? Que s’est-il passé à la lecture pour avoir envie d’installer ces livres dans un petit panthéon à soi ? Que garde-t-on de ses lectures ? Pourquoi et comment parler des livres qu’on a lus et aimés ? Et avec qui ?

Ce blog est né de ces questions pour moi indissociables de la lecture. Un blog boussole pour donner et recevoir des orientations de lecture, tout en restant largement ouvert aux quatre vents !

Un blog pour garder une trace des lectures aimées, trace de ce qui a tellement bougé à l’intérieur que j’ai eu envie de le prolonger par mes mots, pour donner corps au choc sensible, à ce qui a été perçu de façon fugitive mais intense et sûre. Pour mieux cerner les moments de vérité (Barthes) de ma lecture, moments de tension intérieure au cours desquels je sens que le texte me renvoie quelque chose de très fort, lumineux, chaud. Je sens que c’est ça. Une révélation, une sensation-certitude (Barthes, encore) qui me fait accéder à une vérité émotionnelle, intellectuelle, une meilleure compréhension de l’être, des relations entre les êtres, du monde.

Un blog pour partager des réflexions sur les livres lus, sur la lecture et sa sœur siamoise, l’écriture, à partir des livres chroniqués ou d’autres qui surgiront de ma mémoire ou de la vôtre. Écrire sur les livres lus pour continuer de les lire, à plusieurs.

Un blog pour prendre le meilleur du numérique (le partage, la diffusion, une représentation dynamique d’écrits et d’images) sans les débordements dévastateurs (le trop, l’immédiat sans pensée, le vite dit, l’impersonnel, le répété voire le plagié). Installer dans le temps, profiter de ce que le temps apporte.

Écrire sur l’écriture des autres reste écrire. C’est creuser par les mots cet acte puissant, singulier, incroyablement humain qu’est l’écriture, pour en sonder, dans un mélange délectable et désespéré, l’infinie profondeur.

Isabelle Louviot

par Isabelle Louviot