La diagonale du fou

Le droit du sol – Journal d’un vertige, Étienne Davodeau, Futuropolis, 2021

Il me semble que si j’avais découvert cet album dans le bac d’une librairie, si je l’avais feuilleté, je l’aurais refermé assez vite. Le classique de ses cases et de ses bulles, les contours doux, presque mous, tracés au gris, il me semble que rien ne m’aurait vraiment retenue et je l’aurais replacé dans le bac. Heureusement, les choses se sont passées autrement. C’était la semaine dernière à Saint-Dié, au festival de géographie, dit Fig ou même Figoland pour les très intimes. L’auteur racontait l’histoire de ce livre. Un trajet de 800 km qu’il a parcouru à pied pour relier Pech Merle, Lot, à Bure, Meuse. Pech Merle, c’est une grotte, aux parois couvertes d’un bestiaire préhistorique vieux de près de 30 000 ans. Bure c’est le futur. L’État a pour projet d’y accueillir les déchets nucléaires français les plus radioactifs. On réfléchit pour dans plusieurs milliers d’années. De la célèbre diagonale du vide, Étienne Davodeau fait une ligne du temps toute en tensions, déploie une matrice politique, scientifique et philosophique, qui passe aussi par son corps.

Continuer la lecture de La diagonale du fou

Rentrée littéraire (9/9)

Chaque semaine de cet été, Lucile Germanangue a croqué un bout du livre. La plupart des images étaient extraites de Instabilité harmonieuse. Un livre qui contient « la vie, l’amour, le chaos, l’infini, des doutes et des détails qui n’en sont pas. » Un livre qu’elle a écrit, dessiné, mis en page, imprimé, relié et mis en dépôt ça et là à Bruxelles (galerie Sterput, librairie Par chemins) et à Paris (librairie du Centre Wallonie-Bruxelles). On peut aussi se le procurer en s’adressant directement à elle.

Loto édition (8/9)

Chaque semaine, Lucile Germanangue croque un bout du livre. À savourer nus pieds, sous une palme et avec une paille. La plupart des images sont extraites de Instabilité harmonieuse. Un livre qui contient « la vie, l’amour, le chaos, l’infini, des doutes et des détails qui n’en sont pas. » Un livre qu’elle a écrit, dessiné, mis en page, imprimé, relié et mis en dépôt ça et là à Bruxelles (galerie Sterput, librairie Par chemins) et à Paris (librairie du Centre Wallonie-Bruxelles). On peut aussi se le procurer en s’adressant directement à elle.

Dans un grand vent de lecture (7/9)

Chaque semaine, Lucile Germanangue croque un bout du livre. À savourer nus pieds, sous une palme et avec une paille. La plupart des images sont extraites de Instabilité harmonieuse. Un livre qui contient « la vie, l’amour, le chaos, l’infini, des doutes et des détails qui n’en sont pas. » Un livre qu’elle a écrit, dessiné, mis en page, imprimé, relié et mis en dépôt ça et là à Bruxelles (galerie Sterput, librairie Par chemins) et à Paris (librairie du Centre Wallonie-Bruxelles). On peut aussi se le procurer en s’adressant directement à elle.

Grandes coupures

Les photos qu’elle ne montre à personne, Katrien De Blauwer, présenté par Philippe Azoury, Textuel, 2022

À Arles, aux Rencontres de la photographie, on peut voir des images de Katrien de Blauwer, exposée là alors qu’elle ne photographie pas. L’artiste belge découpe des photos dans des magazines des années 1960-70, les assemble (souvent par deux), ajoute parfois de la couleur (gouache, crayon, bande de papier). Dans l’espace Croisière où ces images sont accrochées, on circule dans de petites salles, que j’imagine pièces d’un ancien appartement. Les murs sont peints de couleurs claires, les sols sont couverts de carrelages de ciment aux motifs géométriques. Entre ces alcôves et les images qu’elles abritent, une même histoire se déroule, celle d’un retour énigmatique. Quelque chose revient, mais autrement, quelque chose de nu, fragile, coupé, coupant.

Continuer la lecture de Grandes coupures

Rouleau Pasolini (6/9)

Chaque semaine, Lucile Germanangue croque un bout du livre. À savourer nus pieds, sous une palme et avec une paille. La plupart des images sont extraites de Instabilité harmonieuse. Un livre qui contient « la vie, l’amour, le chaos, l’infini, des doutes et des détails qui n’en sont pas. » Un livre qu’elle a écrit, dessiné, mis en page, imprimé, relié et mis en dépôt ça et là à Bruxelles (galerie Sterput, librairie Par chemins) et à Paris (librairie du Centre Wallonie-Bruxelles). On peut aussi se le procurer en s’adressant directement à elle.

Synesthésie (5/9)

Chaque semaine, Lucile Germanangue croque un bout du livre. À savourer nus pieds, sous une palme et avec une paille. La plupart des images sont extraites de Instabilité harmonieuse. Un livre qui contient « la vie, l’amour, le chaos, l’infini, des doutes et des détails qui n’en sont pas. » Un livre qu’elle a écrit, dessiné, mis en page, imprimé, relié et mis en dépôt ça et là à Bruxelles (galerie Sterput, librairie Par chemins) et à Paris (librairie du Centre Wallonie-Bruxelles). On peut aussi se le procurer en s’adressant directement à elle.

C’est la fête à la grenouille

Kamasutra des grenouilles, Tomi Ungerer, Musée Tomi Ungerer – Centre international de l’illustration, 2020

Seize pages, grand format, papier épais, sans couverture, reliure cousue de fil rouge, bandeau titre imprimé en rouge. Seize pages couvertes de grenouillades érotiques, œuvre de Tomi Ungerer (1931-2019). Strasbourgeois de naissance, l’artiste dont la famille compte des bouchers, des pasteurs et des fabricants d’horloges astronomiques, a légué ses 14 000 dessins au musée qui a pris son nom. Et ce dernier réédite ce kamasutra des grenouilles, réjouissant d’audace (mais c’est le moins qu’on puisse attendre de ce genre d’inventaire) et de drôlerie. 

Continuer la lecture de C’est la fête à la grenouille

La notte, la notte (4/9)

Chaque semaine, Lucile Germanangue croque un bout du livre. À savourer nus pieds, sous une palme et avec une paille. La plupart des images sont extraites de Instabilité harmonieuse. Un livre qui contient « la vie, l’amour, le chaos, l’infini, des doutes et des détails qui n’en sont pas. » Un livre qu’elle a écrit, dessiné, mis en page, imprimé, relié et mis en dépôt ça et là à Bruxelles (galerie Sterput, librairie Par chemins) et à Paris (librairie du Centre Wallonie-Bruxelles). On peut aussi se le procurer en s’adressant directement à elle.

L’art de la joie (3/9)




L’Art de la joie de Goliarda Sapienza est un roman traduit de l’italien par Nathalie Castagné et publié par Le Tripode.

Chaque semaine, Lucile Germanangue croque un bout du livre. À savourer nus pieds, sous une palme et avec une paille. La plupart des images sont extraites de Instabilité harmonieuse. Un livre qui contient « la vie, l’amour, le chaos, l’infini, des doutes et des détails qui n’en sont pas. » Un livre qu’elle a écrit, dessiné, mis en page, imprimé, relié et mis en dépôt ça et là à Bruxelles (galerie Sterput, librairie Par chemins) et à Paris (librairie du Centre Wallonie-Bruxelles). On peut aussi se le procurer en s’adressant directement à elle.

par Isabelle Louviot